Depuis la fin d’année 2011, on entend souvent parler de tablettes équipées du processeur TEGRA 3 de chez NVIDIA. ASUS a sorti en début d’année la première tablette utilisant cette architecture suite à sa célèbre tablette Transformer première du nom.

Ayant une Transformer Prime (appelé aussi TF201)  depuis le milieu du mois de janvier, je vous offre donc un petit “rapport” de mes impressions sur cette tablette.

Tout d’abord, voyons les caractéristiques (vous pouvez retrouver la fiche de l’appareil sur la page officielle du constructeur :

  • processeur NVIDIA TEGRA 3
  • écran 10.1″ (1280 x 800) multitouche (jusqu’à 10 doigts)
  • 1Go de mémoire vive
  • 32 ou 64 Go de stockage (selon le modèle)
  • WiFi 802.11 b/g/n
  • Bluetooth 2.1 + EDR
  • Caméra 8Mp et une en frontal à 1.2Mp
  • Dock clavier
  • et les trucs habituels (gyroscope, capteur de luminosité, GPS, etc)

Cette liste a l’air très inintéressante, mais seule les fanas de nouvelles technologies s’y intéressent vraiment. Regardons plutôt d’abord la tablette d’un tout autre œil.

L’apparence

Les premiers mots qui passent par la tête quand on a la tablette entre ses mains sont : fine, légère, impressionnante. La TF201 est une tablette dont la coque est en alu, inspirant une impression de robustesse. Pourtant celle-ci est très fine  (8.3mm d’épaisseur) et pèse presque rien (586g sans le dock) comparé à la sa première version (12.99mm d’épaisseur pour 680g).

Le dock, contrairement à la première version de la Transformer, n’est plus optionnel. Celui-ci est livré avec la tablette. Grâce au dock, on peut utiliser la Tranformer comme si c’était un ultraportable avec le pavé tactile et/ou en branchant une souris sur l’unique port USB. Il est intéressant à savoir que ce même port peut être utiliser pour brancher des USB en plus du lecteur micro SD qui se trouve sur la tranche de la tablette et le lecteur de carte SD qui se trouve sur le même côté que le port USB.

Il existe deux coloris de la tablette : gris et champagne. Personnellement, je préfère la version grise.

La prise en main


N‘ayant pas eu la chance (ou ayant la chance … je vous dirai pourquoi plus bas) d’avoir eu la première fournée de tablette, celle-ci est arrivé chez moi après la mise à jour. C’est pourquoi dès que la configuration du wifi, une notification m’annonce que je pouvais mettre à jour le firmware. Cette mise à jour ne pèse que 175Mo environ. C’est donc après quelques minutes de mises à jour que la tablette initialement sous GingerBread passe à IceCeam Sandwich (Android 4.0.3 !). C’est donc dans les minutes qui suivent le déballage de la tablette que je me retrouve à utiliser pour la première fois un appareil mis à jour officiellement sous ICS. ASUS a essayé de garder l’interface épurée d’ICS. Seule la zone de notification a été modifiée. En effet, les développeurs de chez ASUS ont eu la bonne idée d’intégrer des profils d’alimentation comme sur les ordinateurs portables : économie d’énergie, équilibré, normal. Ils ont aussi fait en sorte de pouvoir activé ou non le mode IPS+ pour forcer ou non la luminosité de l’écran rapidement ainsi que le changement automatique de la luminosité.

Pour ceux qui préfèrent une interface originale sans modifications de la part du constructeur, on peut désactiver la surcouche d’ASUS en allant dans les paramètres de la tablette.

En manipulant la tablette, je constate immédiatement que celui-ci a un processeur plus puissant que les tablettes que j’ai pu manipuler jusque là. Les animations sont fluides et immédiates.

Au niveau des applications, la tablette propose déjà toute une panoplie d’applications qui rende celle-ci utilisable sans rien installer. On peut citer par exemple : les applications Google (gmail, gtalk, market, youtube, etc), la suite Polaris Office pour visualiser et éditer rapidement des documents, des lecteurs multimédias (images, vidéos, musiques), une application post-it, une calculatrice, un lecteur de flux d’actualités et un navigateur web.

ASUS a aussi pensé au confort multimédia. La tablette est équipée de la technologie audio Sonic Master. Le son produit par la tablette est étonnamment fort et net contrairement à ce que l’on pourrait s’y attendre.

Petite remarque que l’on pourrait faire : l’emplacement pour l’insertion de la carte micro SD se trouve sur un côté de la tablette. Celle-ci a des tranches biseautées. Du coup, la micro SD dépasse d’un ou deux millimètres de la tranche.

Les performances

Je ne vais pas vous faire tout un blabla sur TEGRA 3, quad-core, etc. Je vais juste vous donner quelques exemples de performance de la tablette.

La plupart des personnes intéressées par la TF201 à cause du processeur… Et ils ont raison. Bien que la tablette soit livrée de base sous Android Gingerbread (Android 3.x), donc pas vraiment à jour et optimisé pour le processeur, la tablette est très réactive ! Elle obéit au doigt [et à l’oeil… non peut être pas encore à l’oeil].

Pour exemple, il suffit de comparer trois jeux sur tablette : Riptide HD, Shadow Gun THD et Les Sims (oui, oui, celui qui est sur PC où l’on de prend pour un dieu et on commande la vie de personnages en décidant pour eux à quel moment ils mangent, vont aux toilettes, se détendent ou travaillent).

Riptide GP : c’est un jeu de course utilisant des scooters des mers (je crois que c’est comme ça qu’on appelle ça). Les effets qu’on retrouve dans ce jeu sont assez bluffantes. Les éclaboussures d’eau, les particules, et les gouttes. On croirait avoir véritablement de l’eau derrière l’écran.

ShadowGun THD : un jeu de tir avec vue à la troisième personne. Un des jeux les mieux réalisés au niveau graphique que j’ai pu voir. La version THD exploite la puissance de la TEGRA 3. On y retrouve des effets de fumée, de poussière, d’eau, d’illumination de l’environnement et d’ombrage presque comme si on était sur un ordinateur équipé d’une carte graphique NVIDIA embarquant la technologie PhysX.

Les Sims – Gratuit : un jeu bien connu où l’on se prend pour un dieu (ou une déesse :p) en gérant la vie de plusieurs personnages. La version Android reprend les principes des versions sur ordinateur. Au niveau graphisme on a l’impression de se retrouver devant un écran de la première version du jeu sur ordinateur à quelques détails prêts.

Bien évidemment, la tablette ne sert pas qu’à jouer. On peut très bien l’utiliser pour regarder des films. La lecture de film HD se fait sans aucun soucis. Bien que l’écran de la tablette soit d’une hauteur de 800px, la tablette ne bronche pas pour lire des vidéos en 1080p. Seul petit bémol qu’on pourrait noter. La tablette n’est pas équipé de base d’un lecteur capable de lire tout les formats vidéos. C’est pourquoi il faudra installer un lecteur plus évolué que celui de base (MX Video Player par exemple).

L’autonomie

Lorsqu’on parle de performance et d’applications gourmandes, on se demande si la batterie va tenir surtout avec un processeur plus puissant. Étonnamment, même avec tout ce matériel qui a l’air de consommer et les applications qui deviennent de plus en plus gourmande en ressource, la tablette tient bien le coup. On peut rester une journée à l’utiliser (ou la torturer c’est vous qui voyez) en moyenne. Dépendant de ce que vous faite, la tablette à elle seule peut tenir entre une journée (utilisation intensive avec jeux, vidéos, lectures vidéos sur le réseau, etc) à 3 jours (juste consultations de courrier, page web, gtalk et quelques séances de jeux et de visionnages de vidéos).
Note : on peut doubler cette autonomie avec l’utilisation du dock apparemment, mais je ne l’ai pas encore utilisé réellement.

3G ?

Vous aurez remarqué qu’à aucun moment je n’ai cité la 3G. Tout simplement parce que la Transformer Prime n’inclue pas cette fonctionnalité. C’est donc une tablette destinée à être utiliser uniquement avec le réseau wifi. Ce qui peut assez limité la mobilité de la tablette selon les besoins de chacun.

GPS

Depuis l’annonce de sa sortie, il y a eu beaucoup d’encre qui a coulé à propos de la puce GPS de la TF201. Personnellement, je n’ai pas à m’en plaindre, la géolocalisation est plus précise que celle de mon Xperia Arc lorsqu’on se trouve sous un toit. Peut être cela s’expliquerait par le fait que j’ai une tablette qui est sortie après les annonces de problèmes de GPS et qu’ASUS a pu corriger ce bug.

 

Ce que j’ai aimé :

  • la finesse de la tablette
  • son poids
  • la réactivité
  • utilisable jusqu’à 10 doigts (pratiques pour jouer à Fruits Ninja THD en multijoueurs)
  • son autonomie
  • la résolution de l’écran

Ce que je n’ai pas aimé :

  • On ne peut pas acheter la Prime sans le dock
  • la carte micro SD qui dépasse un peu
  • Les traces de doigts qui envahissent l’écran, une protection écran anti trace de doigts en cadeau ne serait pas trop demandée pour une tablette de cette gamme.