Il y a quelques mois lors de l’Orange expo, il y a eu une grosse exclusivité européenne à La Réunion: le Sony Ericsson Xperia X10 répondant au doux nom de Rachael. Depuis certains sont les heureux possesseurs de cet appareil.

L’Xperia X10 est un smartphone mesurant 11,9 x 6,3 x 0,13 cm pour un poids de 135 grammes. Il embarque un appareil photo numérique de 8 mégapixels avec un flash LED. La mémoire du téléphone est extensible jusqu’à 16Go via une carte microSD.

Les informations sur la fiche ne sont qu’à titre informatif. Certaines valeurs telles que la palette de couleur ne sont pas effectives. Sony Ericsson a voulu apparemment produire un téléphone évolutif sous Android mais du fait qu’il soit sous Android 1.6, certaines possibilités et capacités du téléphone sont bridés. Notamment au niveau de l’affichage, ceux qui auront un fond d’écran sombre verront des “cassures” au niveau des dégradés. L’écran permet d’avoir un affichage de 256 000 couleurs alors qu’Android 1.6 permet de n’avoir qu’une palette de 65 536 couleurs. La puissance du processeur ainsi que la mémoire vive de la machine sont aussi bridés.

Look, design et finition

Longtemps avant sa vente, des photos de l’Xperia X10 sont apparues.Tout le monde louait son design réussi et cela n’a pas changé. Malgré la taille de son écran (4 pouces), il est à peine plus grand qu’un iPhone ou qu’un Nexus One. La finesse et les courbes de l’appareil lui confèrent une impression de légèreté. D’ailleurs, il ne pèse que 135 grammes.

Les matériaux choisis sont de bonnes qualités et inspire la robustesse. La coque arrière du périphérique est similaire à celle du Nexus One qui ne laisse pas de marque de doigt. La façade avant, lui, par contre attire toutes traces de doigts. Mais heureusement, le X10 possède de base une fine couche de protection résistant aux rayures.  Un cerclage métallique sert de transition entre la façade avant et la coque arrière du téléphone, lui donnant un look sexy.

Ergonomie

Malgré la taille de l’appareil qui peut sembler imposant. On est toujours agréablement surpris du fait que l’Xperia est facilement manipulable avec une seule main. La légère courbure de la coque arrière permet à l’appareil d’épouser parfaitement la paume de la main. Et les trois boutons sur la façade peuvent être atteints facilement avec le pouce. On regrettera par contre l’absence d’un trackpad ou équivalent (j’aimais bien le mini touchpad qui servait de bouton du milieu sur le X1).

Sur le côté droit de l’appareil, on trouvera les boutons classiques de volumes des Sony Ericsson ainsi que le déclencheur de l’appareil photo. Rien de particulier sur ces boutons. Comme à l’habitude des Sony Ericsson, les boutons de volumes servent aussi à zoomer lorsqu’on utilise l’appareil photo.

Sur le haut de l’appareil, on y trouvera à droite un cache qui recouvre la prise micro-USB. Malheureusement, ce petit capot n’est pas toujours très pratique, mais l’intérêt est discutable (esthétique ? pour empêcher d’avoir des résidus dedans ?). A gauche on a le bouton d’extinction du téléphone. Et au milieu de tout ça, nous avons une prise 3,5mm pour la sortie son.

L’accès à la carte mémoire nécessite qu’on reitre la coque arrière de l’appareil. Pas très pratique. En même temps, très peu de gens change une carte de 8Go (carte fournie avec l’appareil).

Sur le bas de l’appareil, on a une petite encoche prévue pour y attacher une dragonne.

Autonomie

Vu la taille de l’écran, et toute les fonctionnalités, il ne faut pas à s’attendre à des miracles. En utilisation normale (internet, mail, jeu, sms, appel), on compte environ une à deux journées tout au plus. Lors de la première semaine d’utilisation, j’ai été déçu de son autonomie (même pas une journée). Après quelques charges complètes de la batterie, l’appareil tient mieux la route.

Caractéristiques techniques

L’Xperia X10 est équipé d’un processeur Qualcomm Snapdragon 1Ghz. L’interface est fluide dans l’ensemble mais montre ses limites lors d’une utilisation intensive avec quelques ralentissements. Manque de puissance ? Système d’exploitation non optimisé ? Interface gourmande ? Cependant le X10 présente de bonnes performances dans l’ensemble et on sent qu’on a en main un smartphone de dernière génération à l’utilisation.

Comparé à la concurrence, le X10 se différencie de par sa taille d’écran (4 pouces, 480 x 854 px) un des plus grands écrans du marché Android avec le Galaxy Samsung S (4 pouces pour une résolution de 480 x 800 px) (en attendant le HTC évo avec son écran 4,3 pouces). Bien que l’écran soit un TFT, les couleurs sont vives et sa taille apporte un confort dans la lecture. Donc rien à envier des écrans AMOLED. Même une utilisation au soleil, on arrive aisément à lire les écritures. Les amateurs de multitouches seront déçus d’apprendre que l’écran ne permet pas et ne permettra jamais (même si des rumeurs circulent) l’utilisation de plusieurs doigts.

L’appareil photo est de bonne facture, comme on pouvait s’y attendre de Sony Ericsson. Les nouveautés de ce côté sont la reconnaissance faciale et la détection de sourire. On peut utiliser soit le retardateur soit le détecteur de sourire  pour déclencher l’APN. Les visages sont reconnus si les contacts possèdent des photos qui leurs attribués. Cette dernière fonctionnalité marche une fois sur trois sur mon appareil. Mais il faut avoir beaucoup de photos du contact pour que la détection fonctionne correctement apparemment.

L’interface et les application Sony Ericsson

L’Xperia X10 embarque Android 1.6 Donut entièrement customisé par les développeurs de Sony Ericsson. Certains aimeront d’autres non. La personnalisation d’Android n’est pas aussi poussée que HTC Sense mais le résultat est assez réussi. Les icônes et les menus ont été personnalisés dans les tons de bleus et les petites animations rendent le tout bien vivant qu’un Android de base.

En plus de la personnalisation de l’interface, les développeurs de Sony Ericsson ont ajouté des applications natifs à l’appareil tel que:

Mediascape

Cette application pourrait être comparée au Windows Media Center des ordinateurs. Il permet de visualiser tous les média (photo, vidéo, musique, …) en quelques clics à travers une belle interface. Une petite remarque cependant, Mediascape est relié  à PlayNow une autre application de service en ligne fournie par SonyEricsson. Hélas ce dernier n’est pas utilisable à la Réunion.

Timescape

Apparemment la fonctionnalité la plus mise en avant sur cet appareil. Timescape permet de consulter toute les notifications (mail, sms, facebook, twitter, …) en une seule application. Un widget sur le bureau permet également de visualiser ses notifications. On notera également que Timescape peut remplacer le Home d’Android.

D’autres applications sont préinstallées sur l’appareil. On comptera parmi elles TrackID qui permet de récupérer gratuitement les titres des musiques à partir d’un extrait (un Shazam gratuit quoi). Il y a aussi Sony Ericsson Sync, qui permet de synchronisé les contacts, SMS, agenda, … du téléphone sur les serveurs de Sony Ericsson.

La présence de ces applications est tout de même discutable.

Impressions

Avant sa vente, le X10 nous a fait rêver avec son design, et ses caractéristiques. Aujourd’hui on se retrouve confronter à une concurrence féroce tel que le HTC Desire. De plus les quelques défauts de l’Xperia X10 l’empêche de se démarquer des autres appareils. Il n’en reste pas moins un modèle très intéressant, parmi les meilleurs.

Les avantages qu’on pourra lui trouver sont : le design, une belle finition, un grand écran et une grande résolution, la réactivité du téléphone, une navigation fluide.

Les points négatifs qu’on peut lui trouver : l’absence de radio FM, Android 1.6, haut-parleur trop faible, une résolution d’écran non standard (dur dur pour certaines applications).

Depuis sa sortie à La Réunion, je compte deux mises à jour pour l’Xperia X10. Une mineure qui a eu lieu une semaine après l’Orange expo. Et une majeure, en début de ce mois. Je vous ferai un nouvel article sur mes impressions sur la mise à jour dans un prochain article. 😉